Ski Raquette ou Ski hok, la montagne sous un nouvel angle

Vous aimez la montagne, la neige et les sports d’hiver, mais vous cherchez une expérience différente ? Laissez-vous tenter par le ski raquette, une activité qui allie plaisir de la glisse et randonnée en terrain enneigé. Dans cet article, nous vous présenterons cette discipline encore méconnue du grand public et vous donnerons tous les conseils pour bien débuter.

Qu’est-ce que le ski-raquette ?

Né au Canada, le ski-hok est également connu sous le nom de « skishoeing ». Cette pratique sportive combine les avantages des raquettes à neige et du ski de fond : elle permet d’évoluer avec aisance dans la poudreuse tout en profitant des sensations de glisse procurées par les skis. Le ski-hok se distingue toutefois par ses caractéristiques spécifiques :

  • Ses dimensions : plus courts et larges que des skis de fond, les skis-hok offrent une meilleure portance dans la neige fraîche.
  • Sa fixation : équivalentes à celles des raquettes, elles autorisent une grande liberté de mouvement et s’adaptent à toutes les chaussures de montagne.
  • Ses peaux intégrées : situées sous la partie avant du ski, elles facilitent la montée en empêchant le recul et assurent une accroche optimale.
  • Son talon libre : il permet d’effectuer des virages aisément et d’adapter sa technique de descente en fonction du terrain rencontré.

Ainsi, le ski-hok convient aussi bien aux débutants qu’aux pratiquants expérimentés, et peut se pratiquer en solo ou en groupe. Il offre l’opportunité d’explorer la montagne sous un autre jour, loin des pistes bondées et du bruit des remontées mécaniques.

Comment s’équiper pour pratiquer le ski-hok ?

Les skis et les fixations

Tout d’abord, il vous faut choisir vos skis-hok : ceux-ci doivent être adaptés à votre poids et à votre niveau de pratique. Pour les débutants, nous recommandons des skis légèrement plus longs pour faciliter l’équilibre, tandis que les pratiquants confirmés pourront opter pour des modèles plus courts offrant une meilleur maniabilité.

En ce qui concerne les fixations, elles sont souvent intégrées aux skis à l’achat. Cependant, si vous souhaitez personnaliser votre équipement, assurez-vous que leur système est compatible avec vos chaussures de montagne. La plupart des fixations doivent pouvoir s’ajuster selon la pointure de vos chaussures, mais n’hésitez pas à essayer plusieurs modèles pour trouver celui qui vous convient le mieux.

Les chaussures et les bâtons

Les chaussures de randonnée, si elles sont imperméables et rigides, conviendront parfaitement pour le ski-hok. Toutefois, des modèles spécifiques existent sur le marché, offrant une meilleure isolation thermique et un bon maintien de la cheville.

Quant aux bâtons, ils sont indispensables pour assurer votre équilibre et faciliter les déplacements en terrain accidenté. Privilégiez des bâtons télescopiques et légers, avec des rondelles larges afin d’éviter qu’ils ne s’enfoncent dans la neige.

Les techniques de base du ski-hok

La montée

Pour progresser en montée, le ski-hok utilise la technique dite du « pas alternatif » : elle consiste à pousser alternativement sur chaque jambe tout en maintenant une légère glisse entre chaque pas. Grâce aux peaux intégrées sous les skis, vous ne devriez pas reculer ni glisser lors de cette phase. Pour gagner en efficacité, il est important de conserver un rythme régulier et de synchroniser correctement les mouvements des bras et des jambes.

montée en ski hok

Le virage

Contrairement au ski alpin ou au snowboard, les virages en ski-hok s’effectuent avec le talon libre. Plusieurs techniques peuvent être utilisées :

  • Le pas tournant : idéal pour les débutants, ce virage se réalise en montant un ski devant l’autre et en pivotant lentement sur vos appuis.
  • Le virage en chasse-neige : cette technique consiste à élargir vos pieds afin de créer un angle avec les spatules des skis, puis à plier légèrement les genoux pour amorcer le virage. L’inclinaison de vos jambes déterminera l’intensité de la prise de carres et donc l’angle du virage.
  • Le virage parallèle : plus proche du ski alpin, ce virage s’effectue en gardant les skis parallèles lors du pivotement. Il nécessite cependant une bonne maîtrise de l’équilibre et du transfert de poids entre les appuis.

Enfin, il est essentiel d’apprendre à freiner efficacement en ski-hok : la méthode la plus simple est le « chasse-neige », qui consiste à élargir vos pieds en créant un angle avec les spatules de vos skis et à appuyer sur les carres intérieures.

L’adaptation au terrain : quelques conseils

Au-delà des techniques classiques, le ski-hok offre la possibilité d’avancer avec fluidité quel que soit le terrain. Voici quelques idées pour vous accommoder à différentes situations :

  • Dans la neige profonde : optez pour des mouvements amples et souples, tout en gardant un minimum de rythme pour éviter de vous enfoncer dans la poudreuse.
  • Sur des pentes abruptes : plusieurs techniques peuvent être utilisées telles que le pas de canard, pour monter, ou le sideslip, une technique où l’on dérape sur les carres pour descendre.
  • En terrain accidenté : essayez de coller au maximum à la surface du sol en travaillant sur l’amplitude et la souplesse de vos mouvements. Plus vous serez mobile, plus vous pourrez gérer efficacement les irrégularités du terrain.

Pour résumer, le ski-hok est une discipline accessible, ludique et écologique qui vous permettra d’appréhender votre environnement montagnard sous un nouveau jour. Muni de vos skis, fixations, chaussures et bâtons, commencez par appréhender les techniques basiques : montée, virage et adaptation au terrain avant de partir explorer les traces non balisées de vos massifs favoris.

A propos de l'auteur